TRIBULATIONS D'ÉCRITURE DE PUZZLE

1980 : J'écris des mémoires romancées basée sur de vieux écrits, à l'aide d'une dactylo électrique Brother.

J'ai ensuite l'idée de transformer ce récit en roman policier. Tout en occupant à temps plein un emploi plutôt exigeant, en février 1984, j'ai déjà réécrit un premier jet de 250 pages. Je décide que ce seront deux grands amis qui feront l'enquête. L'intrigue est relativement simple, et j'ai trouvé comment le meurtre a été déguisé en suicide. Quant au reste, c'est la panne sèche, les personnages ne sont qu'esquissés.

Par la suite, les progrès technologiques (traitement de textes) ralentissent mes ardeurs. À trois reprises, je dois refaire le traitement de textes de 250 pages. D'abord : tout retaper sur une Olivetti dédiée. Ensuite  corriger les mille et un problèmes causés lors de la conversion de l'Olivetti à Word 2.0. Finalement : répéter cet exercice à la suite de la conversion à Word 5...  

Chaque fois que je désire reprendre l'écriture, je suis confrontée à des obstacles de toutes sortes, dont le diagnostic de fibromyalgie en 1989. Heureusement, mon médecin la connaît bien et pour des raisons trop longues à expliquer, je suis en rémission depuis les années 90.

Je me tourne ensuite vers les arts visuels avec beaucoup de passion. 

2013 : Semi-retraitée, j'occupe un emploi à temps partiel. Dans mes temps libres, je décide de tenter ma chance à nouveau pour continuer mon roman. Pendant l'année, je rédige un plan détaillé des chapitres. Une cinquantaine de pages s'ajoutent. Le roman compte désormais 300 pages.

Cette année s'avère plutôt difficile. En mai, je contracte le zona (heureusement j'en guéris rapidement grâce à mon médecin de famille). À l'été, je souffre d'une bronchite très sévère. Au mois de novembre, je sauve in extremis la vie de mon mari en appelant l'ambulance (il avait de l'eau sur les poumons, mais rassurez-vous, il est toujours en vie). Finalement, le 20 décembre, à la suite d'une vilaine chute dans l'escalier, je subis d'urgence une chirurgie majeure à la cheville.

2014 : La convalescence s'éternise. Je perds mon emploi et ne peux retourner travailler. Je me décide enfin à prendre une vraie retraite... Retraite, il faut le dire vite. J'en profite pour faire publier mon recueil de poésie, Ces ombres qui nous caressent, écrit 10 années plus tôt. Un vieux rêve réalisé! Je demeure active dans les arts visuels, avec des ateliers intensifs et des expositions.

2015: Je reprends l'écriture de PUZZLE, cette fois avec une volonté féroce de le terminer. J'écris, un chapitre à la fois. Je peaufine la chronologie des événements. Par contre, l'appel de la poésie est encore plus fort. Je mets le roman temporairement de côté, puis j'en reprends l'écriture à l'automne.

2016 : Mon 2e recueil est publié au mois de mai!

En cours d'année, le roman gravite autour d'un personnage important, un antihéros qu'on aime et qu'on déteste tour à tour.

Au mois d'août : résidence d'écriture chez une amie, dans le but de tenter d'établir une nouvelle chronologie d'événements plausible basée sur les pièces éparpillées de mon PUZZLE. C'est surtout que, dans le cadre de mes recherches et vérifications, je me suis rendu compte que la résolution de l'intrigue était inadéquate. À l'automne, je suis sans cesse à la recherche de solutions créatives. Je consacre la moitié de l'année à l'écriture active. Le reste du temps est consacré à la poésie et au domaine des arts visuels.

2017 : Résidence d'écriture, cette fois au mois de juillet, après plusieurs étapes de réécriture et relecture. Pour la première fois depuis 2015, j'imprime une version papier puisque par moment, le manuscrit pouvait atteindre 700 pages à double interligne.  Donc, j'ai coupé et coupé et coupé...

En juillet, j'ai pur compter sur l'aide inestimable de trois personnes qui me sont chère qui lisent une version relativement achevée... réduite à 540 pages (à interligne et demie). Les commentaires sur l'histoire sont élogieux. Je fais les modifications proposées, puis reprends le processus de relecture, réécriture et peaufinage. J'éprouve un grand plaisir pendant ces étapes passionnantes qui rendront le récit fluide tout en conservant le suspense désiré.

J'ai beaucoup aimé les étapes de l'écriture et de la recherche au cours des années 2015 à 2017. J'allais de surprise en surprise, le roman n'a cessé de prendre de l'ampleur, des personnages se sont ajoutés. Ils ont pris vie, m'ont parlé et certains m'ont même dicté quoi écrire. Les intrigues se sont complexifiées et raffinées, mais rien ne paraît à la lecture. J'ai eu l'idée d'ajouter des poèmes d'Emile Nelligan et de faire des analogies avec le volcan Mont Saint Helens... Tout cela contribue à donner une saveur très particulière à ce roman qui ne ressemble à aucun autre.

Finalement, il ne subsiste plus grand chose du manuscrit initial de 1983 : 73 pages ont disparu et la quasi-totalité du reste a été réécrite...  Moi qui croyais que l'ajout d'une cinquantaine de pages supplémentaires aurait suffi à boucler l'histoire en un rien de temps, je m'étais trompée... Au moment de sa publication en 2018, ce roman sera devenu la concrétisation d'une grande aventure s'échelonnant sur 35 ans, ayant réjoui tous mes sens en 428 pages.

J'ai hâte de vous le présenter!