COMMENTAIRES DE LECTEURS - POÉSIE

 

Recueil Ces ombres qui nous caressentRecueil Ces ombres qui nous caressent

Le titre est une trouvaille et, par son humour fin, le texte nous garde le sourire aux lèvres d'un bout à l'autre. Beau travail!  Beaucoup d'humour et délicatesse dans ton livre, Jocelyne!

                          André Loiseau

« Amour de vacances » où je sens le processus, où on comprend tout par les maringouins.
Et tout de suite après ton « Felixité » où cette fois on comprend la chaleur nécessaire qui doit couver sous l’amour… Ensuite c’est « En faire toute une montagne » qui est venu me chercher avec ses images juteuses de femme dans tous ses rôles. Sexe de la ville. Mère. Sorcière. J’adore !
  

                                                               Loui poète

Jamais je n'ai lu de la poésie aussi « musicale et colorée »....féerique... je flotte c'est sublime ...Merci infiniment!... et tu sais, je te ressens comme une femme avec un coeur en or oui mais aussi un coeur « amérindien », comme moi. Tu parles de Nature, d'étoiles, de vortex, d'Amour...d'Humour..... (d’ailleurs j'adore ton humour), tu fais virevolter les mots comme un tourbillon de feuilles d'automne... 

Monique Villeneuve

J'ai terminé la lecture de tes p'tits bijoux hier matin. Je voulais te féliciter pour ce cadeau. Un vrai« 'feel good movie « ! Parmi mes préférés : « Je m'en souviens », une vraie jouissance de la mémoire ! « Mont de Vénus », wow quelle allégorie de fleurs de peau ... « Secrets de nuits blanches, transe-sans-dance matutinale beauté impériale, massif royal » ... subliminal!! « Ule – Prologue » : « Je le voulais simplement comme un Jules/Au lieu d'un Goliath d'amour géant/J'avais peur de l'amour, car d'habitude je geins » ... jouissif!! Merci, encore merci, ma chère, pour ces inénarrables frissons des yeux !
J'ai tellement hâte de te lire encore et encore !!!!
 

           Jocelyne Trudeau Girard

Recueil La confrérie des poètes retrouvésRecueil La confrérie des poètes retrouvés

 

Les textes débordent d'humour et d'amour, sans oublier les jolis haïkus dans la dernière section du livre traduits joliment en anglais par le mari de l'auteure. À découvrir!

            Denis Morin

Ma chère, que de passion lovée dans ces corolles suspendues de nos cœurs battant la chamade. Ma chère, j’adore cette fébrilité de l’amoureuse aveugle dansant la quête invisible de tous ses autres sens. Merci pour ce frisson dont tu nous imprègnes à fleur de souffle. Merci de nous ensorceler toujours aussi facilement de tous tes vertiges.

            Jocelyne Trudeau Girard

C'est vraiment, vraiment beau. « Figure de Proue », ça me donne des larmes aux yeux.... et le poème « Droit debout »,.....ça me touche+++++++ L'hommage à ta mère.....ben là, je braillais !  Quand je mourrai....peut-être que tu pourrais m’écrire un petit mot...? Je te répondrai....ha ha.

      Marie José Lalonde

* * *